JO Tokyo 2020 : la cité modèle se tourne vers l’énergie hydrogène

L’énergie hydrogène fait partie des 9 innovations qui seront exhibées aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020. Ce combustible propre au bilan carbone nul contribuera à la création d’une « société de l’hydrogène ». Après la catastrophe nucléaire de Fukushima en mars 2011, le Japon a mis en place progressivement une nouvelle stratégie énergétique orientée hydrogène. Désormais, le pays du Soleil Levant veut dominer cette technologie verte.

L’énergie  hydrogène : investissement de 42 milliards de yens

Energie Hydrogène

Pour le développement d’une « société de l’hydrogène », le Japon va investir 42 milliards de yens (soit plus de 300 millions d’euros). Pour ce faire, Tokyo va se focaliser d’ici 2020 sur cinq axes, nous entendons par là : le développement d’un réseau de stations hydrogène, la généralisation progressive des moyens de transport utilisant des piles à combustible, la diffusion des piles à combustible à usage domestique, commercial et industriel ; l’inscription de l’énergie hydrogène dans la durée et enfin informer la population sur les avantages et les inconvénients liés à l’usage de cette énergie.

Le village des athlètes construit à partir de zéro

énergie Hydrogène - piscine olympique

Lors des JO 2020, le village des athlètes de la mégapole tokyoïte va héberger plus de 17.000 personnes. Dans cette ville hydrogène, des piles à combustible stationnaires de type ENE-FARM vont produire de l’électricité et alimenter le village olympique en eau chaude. De plus, les athlètes utiliseront des bus à hydrogène zéro émission. Ces véhicules à pile à combustible seront développés par Toyota et Hino. « Les Jeux Olympiques de Tokyo sont une grande chance, car le village des athlètes est construit à partir de zéro, et peut constituer une expérience à grande échelle idéale » précise Takeo Kikkawa, professeur à l’Université Hitotsubashi (Tokyo).

Paris – Tokyo : « nous faisons le pari de la transition énergétique »

Anne Hidalgo fait le pari de l'énergie hydrogène

Lors de sa dernière visite au Japon (du 29 février au 2 mars 2016), Anne Hidalgo a déclaré : « l’amélioration de la qualité de l’air et le respect de l’environnement sont des priorités pour nos deux métropoles. Tandis que Paris déploie un plan ambitieux pour réduire les émissions liées au trafic routier, Tokyo imagine une société de l’hydrogène (…) Nous faisons le pari de la transition énergétique, par l’innovation et le recours aux énergies renouvelables. »

Système combiné électricité-chaleur, énergie solaire, réseau d’énergie intelligent, utilisation de piles à combustible… La maire de Paris a visité plusieurs installations nippones, notamment : la station à hydrogène Senju Techno et la Tokyo Gas Company.

Signalons, par ailleurs, qu’en décembre 2015, la ville de Paris a inauguré sa première station de recharge à hydrogène (Place de l’Alma). Piloté par Air Liquide et le constructeur coréen Hyundai, ce projet alimente la flotte de taxis à énergie hydrogène de la compagnie Hype.