Annuaire TvTome

Zones d’intervention

ILE-DE-FRANCE

PROVENCE-ALPES-COTE D’AZUR

AUVERGNE-RHONE-ALPES

HAUTS-DE-FRANCE

NOUVELLE AQUITAINE

NORMANDIE

GRAND EST

BRETAGNE

PAYS DE LA LOIRE

OCCITANIE

pay

PARIS, 15 rue des Halles 75001

33183642025

agence.idf@agexis.com

Lundi au Vendredi 09h00-12h30 et 14h00 À 17h30

SAVOIR PLUS

Nos implantations

Les centrales de biomasse en France

Les centrales de biomasse en France

La biomasse fait référence à la matière organique d’origine végétale ou animale utilisée comme source d’énergie renouvelable. Elle peut être utilisée pour produire de la chaleur, de l’électricité ou des biocarburants. En France, les centrales de biomasse sont des installations de production d’énergie qui utilisent principalement des déchets organiques et des résidus agricoles pour générer de l’électricité et de la chaleur.

Dans ce registre, on met à votre disposition cet article pour vous présenter quelques informations générales sur les centrales de biomasse en France.

Les Bioénergies en France

En France, les centrales de biomasse sont considérées comme une source d’énergie renouvelable car elles utilisent des matières organiques qui peuvent être régénérées. Lorsqu’elles sont gérées de manière durable, ces centrales peuvent contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre en remplaçant les combustibles fossiles par des sources d’énergie plus propres. De plus, l’utilisation de déchets organiques dans les centrales de biomasse peut aider à réduire la quantité de déchets envoyés en décharge.

L’atlas Bioénergie International 2020 de cogénération à biomasse solide, affirme que les installations biomasse en service ont montré une progression légère. En outre, pour la France métropolitaine, la puissance totale produite par 67 centrales à biomasse solide est estimée à 631MWél.

Les bioénergies se divisent en quatre catégories en France qui sont : les déchets ménagers, le biogaz, le bois-énergie et les déchets de papèterie. En 2019, les statistiques ont montré que 4 régions  se partagent environ la moitié de la production nationale, qui est l’Ile de France avec 2082GWh la Nouvelle Aquitaine avec 1 602 GWh, les Hauts de France  avec 1 071 GWh et l’Auvergne Rhône-Alpes  avec 1 060 GWh.

En revanche cette production ne couvre qu’environ 1,6 % de la consommation d’électricité en France selon les statistiques de l’année 2019.

Exemples de centrales de biomasse en France

Les centrales de biomasse sont réparties dans différentes régions de la France. Elles sont souvent situées à proximité de zones agricoles ou forestières, ce qui facilite l’approvisionnement en matières premières. Certaines régions, comme la Bretagne, la Nouvelle-Aquitaine et l’Occitanie, ont une concentration plus élevée de centrales de biomasse en raison de leurs ressources biomasse abondantes.

  1. La centrale de Gardanne : Située dans les Bouches-du-Rhône, cette centrale est l’une des plus grandes centrales de biomasse en France. Elle utilise principalement du bois et des résidus forestiers pour produire de l’électricité. Elle est également équipée d’une technologie de cogénération qui permet de récupérer la chaleur produite pendant le processus de combustion pour chauffer des logements et des entreprises aux alentours.
  2. Centrale de Lacq : Située dans les Pyrénées-Atlantiques, cette centrale utilise des déchets agricoles et des sous-produits de l’industrie agroalimentaire pour produire de l’électricité. Elle est également capable de valoriser le biogaz issu de la biomasse pour une production combinée de chaleur et d’électricité.
  3. Centrale de Cogénération de Novillars : Située dans le Doubs, cette centrale produit de l’électricité et de la chaleur à partir de la combustion de bois et de résidus de l’industrie du bois. Elle fournit de l’électricité à plus de 20 000 foyers et alimente en chaleur un réseau de chauffage urbain.
Les bâtiments intelligents et la résistance aux séismes

Les bâtiments intelligents et la résistance aux séismes

Il est indéniable que les tremblements de terre peuvent causer des dégâts considérables aux bâtiments et mettre en danger la vie des personnes à l’intérieur. Pour aider à renforcer la résistance des bâtiments aux tremblements de terre, on vous présente dans cet article les technologies les plus efficaces qui permettent de résister aux séismes.

Quels sont les technologies qui aident les bâtiments à résister aux tremblements de terre ?

La conception d’un bâtiment résistant aux tremblements de terre est un domaine de recherche et d’innovation en constante évolution. De nouvelles technologies et techniques sont continuellement développées parmi les plus efficaces on cite :

La fondation en lévitation

C’est une technique qui a été mise en place par les ingénieurs et qui consiste  à isoler les bases comme moyen de protéger les bâtiments lors d’un séisme. Ainsi cette technique repose sur la séparation de la sous-structure d’un bâtiment de sa superstructure. Ainsi le bâtiment va flotter au-dessus de ses fondations sur des paliers en plomb-caoutchouc.

Amortisseurs

Les amortisseurs ne sont pas dédiés uniquement au domaine des automobiles, ils sont aussi utilisés dans le domaine des bâtiments pour aider ces derniers à résister contre les séismes. En outre, les constructeurs placent des registres dans les différents niveaux d’un immeuble, avec une extrémité qu’ils lient à une colonne et l’autre à une poutre. L’amortisseur se compose d’une tête de piston qui se déplace au cœur d’un cylindre qui contient de l’huile de silicone. Lorsque le séisme frappe, le piston est poussé dans chaque amortisseur contre l’huile suite aux  mouvements horizontaux de l’immeuble ! Ainsi l’énergie mécanique du séisme se transforme en chaleur.

Puissance du pendule

C’est une forme d’amortissement et il s’agit d’une solution efficace pour les gratte-ciel !  Cette technologie consiste à suspendre une masse importante près du sommet du bâtiment avec des câbles d’acier qui soutiennent la masse. Les amortisseurs qui contiennent du fluide visqueux sont installés entre la masse et le gratte-ciel. Lorsque le tremblement de terre frappe, il fait osciller la structure, le pendule dissipe l’énergie en se déplaçant en sens inverse.

Fusibles remplaçables

C’est un concept qui se base sur la sautée du fusil électrique lorsqu’il est surchargé ! Il s’agit d’un système dit de bascule contrôlée, vu que les cadres en acier qui composent la structure du bâtiment sont élastiques et peuvent basculer sur les bases et les fondations.

Rocking Core-wall

C’est une technologie qui utilise la construction noyau-mur pour maximiser les performances sismiques d’un bâtiment à un coût bien réduit. Cette technique se base sur l’installation d’un noyau en béton armé qui traverse le cœur de la structure, entourant les bancs d’ascenseurs.

Elle offre une meilleure durabilité à long terme, car les mouvements oscillants du noyau central peuvent réduire la fatigue des matériaux et prolonger la durée de vie utile de la structure.

5 Bâtiments Intelligents dans le Monde Conçus pour Résister aux Tremblements de Terre

Il existe plusieurs exemples de bâtiments intelligents conçus pour résister aux tremblements de terre à travers le monde. Voici quelques exemples :

Taipei 101 au Taïwan

C’est l’un des bâtiments intelligents les plus emblématiques et les plus populaires de Taïwan. Il est conçu pour résister aux tremblements de terre grâce à une structure en acier renforcée et une disposition structurelle spéciale. Il utilise la technique de pendule de masse amortissante pour réduire les mouvements du bâtiment lors d’un séisme.

Ce bâtiment est équipé de 8 amortisseurs de masse visqueux (ou Viscous Dampers en anglais) répartis sur plusieurs étages. Ces dispositifs sont conçus pour absorber et dissiper l’énergie générée par les tremblements de terre, ce qui réduit les mouvements du bâtiment.

Torre Reforma au Mexique

La Torre Reforma est considérée comme l’un des gratte-ciel les plus modernes et les plus élégants de Mexico. Située dans une zone sismique active, la sécurité était une considération majeure lors de la conception de ce bâtiment intelligent. En outre, la tour est construite avec une structure en acier renforcée qui est conçue pour être flexible et absorber l’énergie des tremblements de terre. Cela permet au bâtiment de se déformer sans se rompre lorsqu’il est soumis à des forces sismiques.

Aussi, la tour est équipée de plusieurs systèmes de contreventement pour renforcer sa résistance aux séismes. Ces systèmes utilisent des éléments structurels tels que des poutres, des murs et des cadres en acier pour redistribuer les charges sismiques et réduire les contraintes sur le bâtiment.

Terminal de Sabiha Gokcen à Istanbul

Situé dans la zone de la faille nord-anatolienne, (sujette à des activités sismiques fréquentes),  le terminal de Sabiha Gokcen à Istanbul est conçu pour résister aux tremblements de terre et respecte les normes de construction antisismiques.

Le terminal est  doté de structures en acier renforcé, de fondations profondes et de systèmes d’isolation sismique pour absorber et atténuer les vibrations en cas de séisme. Des techniques de construction modernes et des matériaux de haute qualité sont utilisés pour garantir la solidité de l’infrastructure.

La pyramide Transaméricaine  à San Francisco

C’est un bâtiment emblématique qui a été conçu avec des mesures de sécurité contre les séismes. La tour est construite principalement en acier, ce qui lui confère une plus grande résistance aux tremblements de terre par rapport aux structures en béton Aussi, elle est équipée d’un système de contreventement en acier qui renforce la résistance de la structure en absorbant et en dissipant l’énergie sismique.

Au cœur de la pyramide, des amortisseurs de masse visqueux ont été installés pour réduire les vibrations causées par les tremblements de terre. Ces dispositifs agissent comme des absorbeurs de chocs, atténuant ainsi les mouvements sismiques.

Tokyo Skytree, Japon :

C’est une tour de communication, située à Tokyo, est conçue pour résister aux tremblements de terre grâce à son système de contrepoids massif et à sa structure en acier renforcé.

La production d’électricité en France à partir de l’énergie géothermique

La production d’électricité en France à partir de l’énergie géothermique

Le développement du domaine des énergies renouvelable désormais une nécessité pour faire face aux changements climatiques qui malheureusement deviennent une nécessité. En outre, malgré les énormes investissements qui sont retournés vers les énergies vertes mais le chemin reste assez long.

En fait, parce que le besoin mondial en énergie devrait augmenter de 30% d’ici 2040, TLS Geothermics développe la géothermie pour la production d’électricité en France mais aussi sur le plan international.

Les enjeux du développement de la géothermie en France

Dans le contexte de la transition énergétique globale, il est indispensable de mentionner que les producteurs ainsi que les distributeurs d’électricité sont face à deux problématiques majeures qui sont :

  • L’enjeu climatique avec l’augmentation de l’émission de gaz à effet de serre d’une part et la biodiversité avec et la pollution atmosphérique d’autre part ;
  • L’enjeu énergétique avec la baisse des énergies fossile d’une part et l’intermittence de production des énergies renouvelable d’autre part (énergie solaire, énergie éolienne,…).

L’énergie géothermique qui consiste à utiliser la chaleur du sous-sol pour produire de l’électricité répond à ces deux enjeux. TLS Geothermics veut bien développer cette ressource naturelle qui est accessible dans la croûte terrestre car son exploitation n’émet pas ni de gaz à effet de serre ni de pollution.

La géothermie, une source d’énergie sous-exploitée

L’énergie électrique produite par les centrales géothermique dans le monde est estimée à énergie 15GW alors que l’énergie thermique est estimée à 35 GW. Les quatre grands producteurs d’électricité géothermique dans le monde, sont respectivement les Etats-Unis, les Philippines, l’Indonésie et la Turquie. Avec une production totale qui s’élève à 8450 MWe à eux quatre.

En outre, les inventaires des ressources montrent que le potentiel géothermique peut présenter un intérêt stratégique pour de nombreux pays, notamment les Etats Unis, dont le potentiel pourrait atteindre les 100 GWe en 2050, soit l’équivalent de 100 réacteurs nucléaires. En Europe, TLS Geothermics estime que le potentiel géothermique est d’environ 16 GWe.

Les centrales géothermiques pour la production d’électricité et de chaleur en France

En France, il existe plusieurs centrales géothermiques qui exploitent la chaleur naturelle de la Terre pour produire de l’énergie. Voici quelques exemples notables :

  • Centrale géothermique de Bouillante : Située en Guadeloupe, cette centrale est la plus importante de France. Elle utilise la chaleur provenant d’un champ géothermique volcanique pour produire de l’électricité. La centrale de Bouillante a une capacité installée de 15 mégawatts (MW) et fournit environ 10% de la consommation électrique de la Guadeloupe.
  • Centrale géothermique de Soultz-sous-Forêts : localisée en Alsace, cette centrale est l’une des plus anciennes en France. Elle exploite la chaleur des profondeurs de la terre à travers des forages géothermiques profonds. La centrale de Soultz-sous-Forêts est utilisée principalement à des fins de recherche et de développement, mais elle produit également de l’électricité avec une capacité de près de 1,5 MW.
  • Centrale géothermique de Rittershoffen : située également en Alsace, cette centrale est la première centrale géothermique profonde de grande ampleur en France. Elle utilise la technologie de doublet géothermique pour extraire la chaleur du sous-sol et la convertir en électricité. La centrale de Rittershoffen a une capacité de 24 MW et fournit de l’énergie renouvelable à environ 30 000 foyers.
Séisme au Maroc : Quelles solutions pour limiter les dégâts ?

Séisme au Maroc : Quelles solutions pour limiter les dégâts ?

Suite à un tremblement de terre catastrophique au Maroc, dont la magnitude s’élève à 6.8, les satellites ont rapidement établis des cartes du pays. Ces cartes sont d’une grande importance et sont vitales pour les secouristes pour atteindre les villages, les bâtiments, ainsi que les infrastructures touchées ! Ces dernières ont montré de grands dégâts des milliers de familles ont perdu leurs habitations détruite ou endommagée par le séisme.

En fait, la question qui se pose quelles sont les solutions qui permettent de prévenir ou de limiter les dégâts dans le futur ?

Quels sont les normes parasismiques marocaines dans la construction des bâtiments ?

Les normes parasismiques sont d’une importance cruciale dans la construction car ils permettent de préserver la vie des humains en cas de tremblement de terre. Cependant, il existe des structures, en particulier dans la vieille médina ainsi que les villages qui ne répondent pas à cette exigence. Ainsi, la secousse qui a frappé le Maroc dans la nuit du 8 septembre 2023 a eu un impact significatif sur ceux-ci.

De plus, il y a une multitude de monuments historiques dans la région d’Al Haouz. L’intensité de ce séisme a eu un impact sur ce patrimoine bâti.

Au Maroc, le Règlement de construction parasismique appelé « RPS 2000 » a été validé en février 2002 par le décret n° 2-02-177. Il vise à réduire les dommages matériels et humains causés par les tremblements de terre.

Depuis 2002, les architectes, les bureaux d’études techniques et les bureaux de contrôle ont adopté le règlement lors de la conception et de la construction des ouvrages et bâtiments. Il est recommandé de réviser régulièrement ce règlement pour tenir compte des avancées scientifiques dans le domaine du génie parasismique.

En 2013, le RPS 2000 a été révisé en partenariat avec le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la politique de la ville et l’Université Mohammed V de Rabat, dans le but de rendre son application plus facile. Ce règlement s’appliquera à toutes les constructions sur le territoire, à l’exception des constructions construites selon des méthodes traditionnelles qui utilisent principalement la terre, la paille, le bois, le palmier, les roseaux ou des matériaux similaires. Aussi, ce règlement ne concernera pas les bâtiments même ceux professionnels dont la superficie totale est inférieure à 50 m2.

Solutions performantes et non coûteuses pour résister au séisme

Les architectes ont appris beaucoup des expériences antérieures. En outre, il n’est pas nécessaire de sélectionner un endroit approprié pour reconstruire sa nouvelle habitation après le séisme ! En outre, la reconstruction nécessite des normes urbanistiques minimales. Mais cela dépend aussi de la conscience de la population et de leur volonté plutôt que l’utilisation des matériaux et des techniques avancées. Ainsi, le gouvernement doit aider les entrepreneurs à développer une culture de risque, de faire connaître la population et de disposer de plans de réponse en cas de crises.

En outre, le Bengladesh, qui an une culture de risque élevée, a été touché par le dernier cyclone en novembre 2007, qui a causé 3.500 décès, contre 191.000 en 1991. Aussi, en 2008, Cuba a été touchée par cinq cyclones violents avec seulement cinq décès.

En fait, suite à l’activation du programme d’urgence, la prise en charge des zones les plus affectées sous la présidence du roi Mohamed VI, deux orientations claires deux buts clairs ont été établis :

  • Reconstruire harmonieusement avec le patrimoine de la région.
  • La mise en place d’un programme réfléchi et ambitieux pour la reconstruction des régions touchées.

En Revanche, la reconstruction des zones endommagés et dévastés par séisme Al Haouz sera très longue mais aussi pleine d’obstacles et semé d’embûches. En fait, le grand défi sera l’installation d’une ville mieux équipée avec de risques minimales et à moindre coût.

En outre, selon Omar Farkhani, l’ancien président de l’Ordre national des architectes du Maroc.  La majorité des marocains n’ont pas les moyens pour payer des architectes ! Ils construisent leurs habitations eux-mêmes ou à l’aide des maçons très peu qualifiés. Ainsi, le résultat est l’obtention de murs fragiles, en briques crues, sans fondations qui s’effondrent à la moindre vibration. Ainsi, il faut penser à des solutions efficaces et non coûteuses.

Reconstruire sur place ou se déplacer ?

Se déplacer ou regrouper la population dans un autre endroit ? Une question qui était toujours proposée sur les médias et les réseaux sociaux !

En outre, la population originaire du Haut D’Atlas disposent d’un lien très fort avec leur territoire et continuent à y habiter malgré les conditions difficiles de la zone géographique. En fait, en se basant sur plusieurs les livres de plusieurs écrivains comme IBN KHALDOUN, l’orientaliste français Jaques Berque et le sociologue Paul Pascon, ces derniers attestent que la région du Haut d’Atlas se caractérise par son mode de vie sédentaire avec plusieurs tribus, cela rend leur déplacement inenvisageable.

D’autre part, Abderrazek Hajri, directeur ONG Migration et Développement affirme que les déplacements forcés ont engendré de véritables drames avec de mauvaises conséquences sociales et économiques, notamment dans le cas de construction de barrages.

La terre crue ou le ciment comme matériaux antisismiques ?

La terre crue possède des propriétés mécaniques intéressantes qui lui permettent d’absorber et de dissiper l’énergie sismique. Les murs en terre crue sont souvent épais et massifs, ce qui les rend plus robustes face aux secousses sismiques. De plus, les constructions en terre crue sont souvent monolithiques, ce qui signifie qu’elles sont construites d’un seul tenant, ce qui réduit les points faibles.

En outre, de côté harmonie avec le patrimoine de la région, on évoque toujours les techniques de construction Traditionnelles du Mosquée de Tinmel qui date plus de 9 siècles. La terre, le bois et les pierres sont les matériaux de construction de base de cette mosquée. Cette mosquée était presque détruite par le séisme et ses images étaient choquante !

En fait, l’architecte Karim Rouissi, l’un des premiers professionnels qui a diagnostiqué l’épicentre, affirme que le problème n’est plus lié aux matériaux de construction vu que les bâtiments en terre et en béton ont subit de grands dégâts. Respecter les normes de construction antisismique grâce à des techniques professionnelle est la vraie solution. Cependant, il faut bien mentionner que les constructions en pierre ou en terre affichent une durabilité beaucoup supérieure à celles en béton. Cela explique le fait, que la terre regagne progressivement sa place partout dans la région.

En fait, le ciment est un matériau de construction largement utilisé et reconnu pour ses propriétés antisismiques. Sa popularité dans les régions sismiques repose sur sa capacité à conférer une grande résistance et stabilité aux structures. En effet, le ciment, lorsqu’il est correctement mélangé et appliqué, offre une solidité structurelle qui peut absorber et dissiper les forces générées par un tremblement de terre. De plus, les techniques modernes de construction permettent d’ajouter des renforts en acier dans le béton, renforçant ainsi sa capacité à résister aux contraintes sismiques. Toutefois, il est impératif de souligner qu’une conception et une exécution adéquates demeurent essentielles pour garantir l’efficacité du ciment comme matériau antisismique. Enfin, bien que le ciment soit un choix judicieux, il est souvent utilisé en combinaison avec d’autres matériaux et techniques pour optimiser la résistance sismique des constructions dans les zones à risque.

Les orientations royales affirment que le ciment sera le matériau utilisé dans la reconstruction des bâtiments. Pour eux c’est le meilleur matériau pour faire face aux risques sismiques.

L’utilisation de matériaux locaux

Selon le témoignage d’un entrepreneur de la région, l’utilisation des galets de sable parvenant de l’oued qui crosse la vallée. En outre, un camion de 4 tonnes coûtera 500 dirhams contre 6000 dirhams pour un camion de gravette de type G1 et G2. Les galets de sable seront utilisés brut et ne nécessitent pas à être concassés.

Economiquement, logistiquement et écologiquement, les matériaux locaux sont beaucoup plus favoris aux matériaux de construction conventionnels.  C’est une solution stratégique qui assure un confort thermique et qui préserve l’identité et le patrimoine de la région.

Le BTC (bloc de terre comprimée) et la pierre

Le BTC, ou bloc de terre comprimée, représente une innovation significative dans le domaine de la construction durable. Fabriqué à partir de terre crue, il est compacté sous haute pression pour créer des blocs solides et résistants. Le BTC offre de nombreux avantages, notamment son excellente performance thermique et sa capacité à réguler l’humidité, ce qui contribue à créer des intérieurs confortables et sains. De plus, son processus de fabrication nécessite moins d’énergie que la production de briques cuites, en en faisant une option respectueuse de l’environnement.

Zouhaier Bannani, un ingénieur expert en génie civil, affirme qu’il ne faut pas précipiter le processus de la construction ! Il est indispensable de développer    des solutions innovantes et efficaces pour réduire les risques liés au tremblement de terre. Ce dernier recommande l’utilisation de structures modulaires légères de béton de terre ou en BTC (bloc de terre comprimé ou brique) associées à l’acier. Le recyclage des matériaux sur place est conseillé pour réduire le coût, accélérer le processus et pour des raisons écologiques (jeter les débris dans les vallées).

En fait, il existe des techniques qui sont en cours de développement en Europe comme le pisé coulé, ou la construction d’équipements en gabion ou en MPC (mur en pierre comprimée) qui ont été testés sur un bâtiment parasismique et qui étaient pilotés au niveau de l’AMEE (Agence Marocaine d’Efficacité Energétique) à Marrakech, ces derniers peuvent être envisagés pour accélérer la reconstruction.

En ce qui concerne le gabion, il s’agit d’une structure en treillis métallique remplie de pierres, utilisée principalement pour la stabilisation des sols et la protection contre l’érosion. Il est largement employé dans l’aménagement paysager, la construction de murs de soutènement, et même dans la défense militaire.

Et pour finir, il faut bien noter que la reconstruction après un séisme est une tâche complexe qui nécessite une planification minutieuse et une coordination efficace. En outre, les différentes techniques et les différents matériaux nécessitent une validation par les bureaux de contrôle. Aussi, il est indispensable de convaincre les habitants par les techniques ainsi que les matériaux choisis. D’autre part, il faut bien réaliser des études approfondit pour mettre à jour les réglementations antisismiques ainsi que les nouveaux zonages qui incluent les données de ce tremblement de terre dévastateur.

La tour Elithis Danube, la première tour d’habitation à énergie positive montre ses limites à Strasbourg

La tour Elithis Danube, la première tour d’habitation à énergie positive montre ses limites à Strasbourg

La tour Elithis Danube, est un bâtiment écologique qui se situe dans le quartier de l’Esplanade de Strasbourg.

C’est la première tour à énergie positive du monde. Elle est équipée de plusieurs panneaux solaires qui maîtrisent la consommation énergétique et assurent une communication intelligente entre les habitants et leurs logements.

La tour Elithis Danube, emblématique de Strasbourg

La tour Elithis Danube est un bâtiment emblématique situé à Strasbourg et qui se caractérise par sa haute performance énergétique. Il est conçu pour être écologique et respectueux de l’environnement. La tour a été conçue par promoteur français Elithis et a été inaugurée en 2018. Elle était présentée comme la première tour à énergie positive dans le monde. Elle se distingue par son architecture contemporaine et son esthétique très moderne.

La particularité de la tour Elithis Danube réside dans son approche novatrice en matière de conception énergétique. Elle est certifiée BBC Effinergie (Bâtiment Basse Consommation) et atteint des performances énergétiques bien supérieures à celles des bâtiments traditionnels. La consommation d’énergie du bâtiment est réduite grâce à une isolation thermique performante, à l’utilisation de matériaux écologiques et à la mise en œuvre de technologies avancées, telles que des panneaux photovoltaïques intégrés à la façade.

 

La tour Elithis Danube est d’environ 53 mètres de hauteur et comporte 17 étages qui abritent 63 appartements lumineux, équipés d’une interface domotique qui permet aux occupants de bien maîtriser la consommation énergétique. La tour accueille principalement des bureaux et accueille plusieurs entreprises et organisations. Le bâtiment intelligent est capable de communiquer avec les locataires via leurs smartphones.

En outre, la tour peut vous informer en hiver de ne pas laisser les volets fermés alors qu’il va faire beau ! Ainsi, vous pouvez ouvrir vos volets à distance et consommer moins de chauffage ! Les locataires sont par la suite récompensés par une « prime d’encouragement aux usages vertueux de l’énergie » qui est par la suite versée en monnaie locale.

La tour Elithis Danube a-t-elle coûté trop chère ?

La tour Elithis Danube est un exemple de construction durable et innovante, témoignant de l’engagement de la ville de Strasbourg en faveur de l’environnement et de la lutte contre le changement climatique. Elle illustre la possibilité de concevoir des bâtiments performants sur le plan énergétique tout en offrant un environnement de travail agréable et fonctionnel.

Thierry Bièvre, le concepteur et le promoteur de la tour, affirme que son coût est le même d’une construction standard.  Les loyers sont aussi raisonnables et accessibles à tous le monde. Ainsi, cette tour magique vous permettra de faire des économies importantes d’énergie avec le prix d’un bâtiment standard !  

La rénovation énergétique du parc immobilier hlm

La rénovation énergétique du parc immobilier hlm

Les HLM sont des bons élèves du parc immobilier français car ils ne comptent que 7 % de passoires thermiques. Cependant, ces logements à prix modéré doivent maintenant s’occuper des maisons les plus difficiles à rénover, avec des dépenses pouvant atteindre « 100.000 euros par maison ».

Conçu par l’agence d’architecture Cox Group, en collaboration avec l’entreprise d’ingénierie Arup et l’artiste de renom, Helix Bridge a été ouvert au public en 2010. Le pont est construit en acier inoxydable et présente une série de courbes gracieuses qui ressemblent à une hélice torsadée.

Le Helix Bridge s’étend sur une distance d’environ 280 mètres et offre une vue panoramique sur la baie de Marina, y compris des attractions emblématiques telles que le Sands Skypark, le Singapore Flyer et le quartier des affaires de la ville.

Quels sont les étapes clés de la rénovation énergétique du parc immobilier HLM ?

Bien que la proportion de logements ayant des performances énergétiques médiocres, notés en « F » ou « G » sur l’échelle du diagnostic de performance énergétique (DPE), soit légèrement inférieure à la moyenne française, qui est d’environ 17 % en 2020, elle représente néanmoins plus de 350.000 maisons.
L’objectif de la rénovation énergétique du parc immobilier HLM (Habitations à Loyer Modéré) est d’améliorer l’efficacité énergétique des logements sociaux en France et de diminuer leur impact environnemental. La rénovation vise principalement à réduire la consommation d’énergie, à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à améliorer le confort des résidents et à réduire les dépenses énergétiques.
Voici les étapes et les mesures clés de la rénovation énergétique du parc immobilier HLM comprennent :
La rénovation énergétique nécessite l’isolation thermique des bâtiments et ceci, dans le but de réduire les pertes de chaleur et maintenir une température confortable à l’intérieur. Les murs, les toitures et les planchers sont bien concernés par l’isolation.
Aussi, les fenêtres sont une source de pertes de chaleur potentielles. En substituant les fenêtres obsolètes par des modèles plus économes en énergie, il est possible de diminuer les pertes de chaleur et d’améliorer l’isolation thermique.
D’autre part, les systèmes de chauffage modernes et efficaces, tels que les pompes à chaleur, les chaudières à condensation et les systèmes de chauffage solaire, peuvent réduire la consommation d’énergie pour le chauffage. En outre, la mise en place de systèmes de gestion de l’énergie peut encourager les occupants à surveiller et à contrôler leur consommation d’énergie.
Les panneaux solaires photovoltaïques, par exemple, peuvent contribuer à la production d’énergie propre et réduire la dépendance aux combustibles fossiles.
Les locataires peuvent bénéficier de la rénovation énergétique du parc immobilier HLM en améliorant leur qualité de vie, en réduisant leurs factures énergétiques et en contribuant aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cependant, ces travaux peuvent également nécessiter des investissements financiers importants pour les organismes HLM et nécessiter une planification minutieuse pour assurer leur réussite. Les rénovations énergétiques peuvent être encouragées grâce à des incitations financières, des subventions et des programmes de soutien gouvernementaux.

Logements zéro énergie

Un logement zéro énergie, également connu sous le nom de bâtiment à énergie positive, est un type de construction qui produit autant d’énergie qu’il en consomme chaque année grâce à des technologies d’efficacité énergétique et à la production d’énergie renouvelable intégrée. Les habitations qui ne consomment pas d’énergie sont un élément crucial de la transition énergétique en France, qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à encourager l’utilisation d’énergies renouvelables.
En France, Certains organismes HLM souhaitent continuer. La France s’est engagée à atteindre la neutralité carbone pour 2050. Marcel Rogemont, président de la Fédération des Offices publics de l’habitat (FOPH), qui fait partie de la famille de l’USH, a affirmé à l’AFP que cela nécessite des logements classés « A » ou « B ».
Camille Simon, chargée de projet qui soutient les bailleurs et les locataires dans leur démarche, a souligné que pour atteindre cet objectif, il a utilisé le mouvement européen Energiesprong, qui regroupe des logements comparables de propriétaires et les met en relation avec des entreprises afin qu’ils puissent « industrialiser » les travaux.
En 2022, l’objectif d’Energiesprong est de doubler le nombre de ses rénovations en cours, à 6k.